Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation du Collectif des 12 Singes

 

Nous sommes un Collectif
d’écriveurs autoédités.

Pour nous suivre, connectez-vous à facebook et/ou twitter

Tous nos textes sont présentés sur http://Collectif12Singes.over-blog.com et nos livres ont une version eBook : "Lendemain du Grand Soir" ; "La philosophie south-parkoise, ça troue le cul !!!" ; "Bouquin Coquin et Taquin d’une Catin et d’un Libertin" ; "Photograffi(ti)es d’Expressions Murales : Pierres Philosophales"

*** TÉLÉCHARGEMENT ***

*** COMMANDE ***

 

L’idée, pour Partager auprès du plus grand nombre et facilité la lecture, est de mettre à disposition les contenus synthétisés par nos soins, puis les internautes le désirant peuvent télécharger les pdf illustrés ou commander les livres papier imprimés par un professionnel

 

  1. Téléchargement pdf
    illustré

     
  2. Commande livre papier personnalisé

 

 

COMMANDEZ NOS
LIVRES CRÉATIFS

Publié par Collectif des 12 Singes

Pour célébrer le passage de la 100è édition du Tour de France, le jeudi 4 juillet entre le Gard et l’Hérault puis le vendredi 5 juillet entre l’Hérault et le Tarn (on dépasse un peu mais la Montagne Noire est une partie importante proche des causses du Languedoc), nous publierons des synthèses préhistoriques sur les différentes localités traversées.

 

En outre, nous publierons durant l’été des synthèses sur la Préhistoire du "Languedoc-Roussillon" (en débordant un peu des limites administratives régionales) et de ses diverses zones entre "mers" (Méditerranée au Sud et Rhône à l’Est) et terres (Cévennes au Nord et Pyrénées à l’Ouest).

 

Habitats autour du début de notre ère

Habitats autour du début de notre ère

 

Aimargues se situe entre Nîmes (24 km) et Montpellier (27 km), à 20 km des plages du Languedoc. Elle est entourée d'eau : un fleuve côtier, le Vidourle, une rivière, le Rhôny, et un plan d'eau, la Ginouze. Le village actuel est établi dans la basse vallée du Vidourle, entre garrigue et Petite Camargue.

 

 

Le territoire communal et le village ont fait l’objet en 1998 d’un inventaire archéologique systématique, sous l’égide du CNRS et du Ministère de la Culture. Ce recensement a permis d’identifier trente trois établissements, habitats de taille très variable depuis les grandes villas carolingiennes de Saint-Rémy, Saint-Gilles ou Teillan, jusqu'à de petites installations, habitats secondaires ou temporaires, voire même bâtiments liés aux travaux des champs. Cette base de données permet de suivre les étapes du peuplement des vallées du Vidourle et du Vistre, depuis le Néolithique jusqu’à nos jours.

 

Au Nord du lieu-dit Madame, à proximité de la villa carolingienne de Saint-Gilles le Vieux (Saint-Gilles- de-Missignac), de rares aménagements ont été découverts, avec présence de structures dispersées, principalement des fosses, du Néolithique et de la Protohistoire.

 

Au Mas Rousseiller I, à 250 m du Valat du Viat (à l'Est) dans la plaine littorale, sur l'interfluve qui domine les vallées alluviales du Rhôny et de la Cubelle, sur une surface de 0,12 ha, un habitat dispersé gallo-romain occupé du -Ier siècle au Ier siècle fut ensuite fréquenté ou occupé durant le haut Moyen Age (IXè siècle). Il reste quelques moellons calcaires et des fragments de tegulae (tuiles), ainsi que de la céramique campanienne, sigillée sud-gauloise, amphore italique et gauloise (-Ier siècle et Ier siècle), gros fragments de dolium laissés sur place, un peson ou fusaïole (tesson arrondi percé).

 

La Cabane I, à 200 m du Valat du Viat (à l'Est), existait un habitat groupé du -IIè siècle sur une surface de 0,88 ha. On y a retrouvé de la céramique non tournée, des amphores massaliètes, italiques, campaniennes). L'établissement est au bord d'une voie, au croisement remarquable de quatre chemins, dont l'itinéraire d'Aimargues à la Jasse d'Isnard, à proximité des sites de La Cabane II et III (AIM 029 et 053) et de La Grande Cabane I, II et III (AIM 030, 031, 054). Le mobilier est très abondant : céramique campanienne, sigillée sud-gauloise, africaine de cuisine et B luisante ; céramique grise et céramique noire kaolinitique ; amphore italique et amphore gauloise ; nombreux fragments de dolium (dont du dolium peigné) laissés sur place, un silex taillé, fragments de meule en basalte et un poids (fragment de panse d'amphore taillé).

 

En prévision de l’aménagement du giratoire de la Jasse d’Isnard, sur le tracé actuel de la RD 979, à 1700 m au Sud du village, une vaste fosse livrant un mobilier qui témoigne d’un habitat proche appartient à la période protohistorique.

La Jasse d'Isnard I b, à 150 m du ruisseau de la Cubelle, est un habitat groupé, polynucléaire, occupé aux -Ier siècle et Ier siècle sur 0,1 ha. L’établissement est situé à peu de distance de la lagune antique : on en reconnaît les vestiges palustres dans la cartographie des Cassini, qui situe les marais de la Petite Camargue en aval des mas de la Mourade, des Boules et de St-Brancard, soit à 2,5 km au Sud-Est de la Jasse d'Isnard. Ce site, par l'importance de ses vestiges et par son extension, témoigne que nous sommes en présence d'un élément fort de l'organisation de l'habitat antique et médiéval. L'établissement est desservi par cinq chemins. On y a retrouvé des amphores italiques (-Ier siècle), du dolium et un fragment de meule de basalte.

Commenter cet article