Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation du Collectif des 12 Singes

 

Nous sommes un Collectif
d’écriveurs autoédités.

Pour nous suivre, connectez-vous à facebook et/ou twitter

Tous nos textes sont présentés sur http://Collectif12Singes.over-blog.com et nos livres ont une version eBook : "Lendemain du Grand Soir" ; "La philosophie south-parkoise, ça troue le cul !!!" ; "Bouquin Coquin et Taquin d’une Catin et d’un Libertin" ; "Photograffi(ti)es d’Expressions Murales : Pierres Philosophales"

*** TÉLÉCHARGEMENT ***

*** COMMANDE ***

 

L’idée, pour Partager auprès du plus grand nombre et facilité la lecture, est de mettre à disposition les contenus synthétisés par nos soins, puis les internautes le désirant peuvent télécharger les pdf illustrés ou commander les livres papier imprimés par un professionnel

 

  1. Téléchargement pdf
    illustré

     
  2. Commande livre papier personnalisé

 

 

COMMANDEZ NOS
LIVRES CRÉATIFS

Publié par Collectif des 12 Singes

Enceinte à double fossé du site de St-Antoine à Caux-et-Sauzens

Enceinte à double fossé du site de St-Antoine à Caux-et-Sauzens

 

Le site de Saint-Antoine est installé sur une basse terrasse qui domine la rive droite du Fresquel, dans le voisinage de sa confluence avec la Rougeanne, tributaire de rive gauche, au pied d'une colline à quelques kilomètres à l'Ouest de Carcassonne et à moins de 2 km des sites de Colombier et de Villeraze qui lui font face sur l'autre rive. De plus, il se trouve à proximité d'un point de franchissement du Fresquel, sur le tracé d’une ancienne voie.

Ce site occupe une position similaire à celui de Sainte-Eulalie, distant de moins de 2 km à l'Est.

 

À l’époque préhistorique, les Hommes s’installent au lieu-dit Saint-Antoine sur un éperon facilitant la défense du site. Importante station de plein-air localisée sur une butte, le matériel archéologique recueilli est essentiellement lithique et n'est pas homogène. Il comprend quelques rares pièces attribuables au Paléolithique et au Mésolithique. On note la présence d'un grand nombre d'instruments en pierre polie. Un lot d'outils sur lames ou lamelles en silex blond, grattoirs, perçoirs en allumette, flèches tranchantes, appartient au Chasséen méridional de type Bizien.

 

 

À la fin des temps néolithiques, vers -1 800, le groupe de Véraza est une des cultures dominantes dans le Sud de la France et la Catalogne.

Le site de Saint-Antoine est un éperon bifide entaillé dans une vieille terrasse graveleuse. Il recèle un très net fossé anguleux qui barre l'éperon en délimitant une superficie d'environ 7 hectares. Deux traces sombres et parallèles traduisent l’existence de fossés délimitant un espace quadrangulaire à angles arrondis s'appuyant sur le talus méridional du site. Les relevés ont permis de mesurer cette structure subrectangulaire qui mesure 125 m de long, 106 m de large et qui se compose de 2 fossés de 3 m de large séparés par un espace de 6 à 10 m. Cette structure ne présente pas d'interruption mais deux coudes aux extrémités pouvant délimiter des passages près des flancs du site.

Ce site du néolithique est classé, à l’image de ceux de Cavanac (site de La Farguette), de Ventenac-Cabardès, d’Auriac (près de Carcassonne) ou de Pézens (site de la Poste Vieille) dans le type "éperon barré par des fossés".

Ce type de structure d'enceinte à double fossé est connu à deux exemplaires, ici et sur le site de "Rocreuse" à Raissac-sur-Lampy et Saint-Martin le Vieil (Aude également). Les Hommes de cette époque, comme cela sera le cas au cours des siècles postérieurs, utilisaient le relief et la géographie pour choisir leur lieu de résidence, en tirer tous les avantages défensifs et offrant un potentiel développement.

 

Les mobiliers retrouvés permettent d’envisager une occupation du Néolithique final (lames de silex, grattoirs, haches polies, céramique modelée à cordons lisses) et de l’Âge du Fer (amphores massaliètes), vers le -VIè/-Vè siècle.

La majeure partie du mobilier est constituée par de très grosses lames brutes, des poignards ou faucilles, des lames épaisses à retouches semi-abruptes bilatérales pouvant se terminer en grattoir ou en pointe ; les armatures de flèche sont nombreuses et de types variés, de formes foliacées et pédonculées (ainsi qu’une flèche asymétrique du Néolithique récent). Cet ensemble, auquel s'ajoute une palette rectangulaire en schiste vert, est caractéristique du Néolithique final et du Chalcolithique du Bassin de l'Aude.

 

 

Le secteur de Peyreficade est situé au Nord de la commune de Caux, au point de contact des coteaux occidentaux de la vallée de l’Hérault et du piémont des reliefs de Cabrières, sur la pente occidentale du plateau basaltique de Caux-Fontès. L’ensemble des terrains appelé Peyreficade se trouve entre les lieux-dits Les Croyas et Camille, sur le versant Ouest aménagé en terrasses occupées par les vignes.

Trois fosses d’époque Chalcolithique ont été mises à jour. Dans l’une des fosses repose la moitié fractionnée d’un grand vase de stockage à dégraissant de fort calibre (schiste et manganèse : supérieur à 5 mm), à cordons de renfort et grosses languettes de préhension.

 

 

À peine plus loin, au-lieu-dit Gignerès, un fossé est attribué à la période pré- et proto- historique, l’occupation la plus récente étant datable de l’Âge du Fer.

Commenter cet article