Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation du Collectif des 12 Singes

 

Nous sommes un Collectif
d’écriveurs autoédités.

Pour nous suivre, connectez-vous à facebook et/ou twitter

Tous nos textes sont présentés sur http://Collectif12Singes.over-blog.com et nos livres ont une version eBook : "Lendemain du Grand Soir" ; "La philosophie south-parkoise, ça troue le cul !!!" ; "Bouquin Coquin et Taquin d’une Catin et d’un Libertin" ; "Photograffi(ti)es d’Expressions Murales : Pierres Philosophales"

*** TÉLÉCHARGEMENT ***

*** COMMANDE ***

 

L’idée, pour Partager auprès du plus grand nombre et facilité la lecture, est de mettre à disposition les contenus synthétisés par nos soins, puis les internautes le désirant peuvent télécharger les pdf illustrés ou commander les livres papier imprimés par un professionnel

 

  1. Téléchargement pdf
    illustré

     
  2. Commande livre papier personnalisé

 

 

COMMANDEZ NOS
LIVRES CRÉATIFS

Publié par Collectif des 12 Singes

Pour célébrer le passage de la 100è édition du Tour de France, le jeudi 4 juillet entre le Gard et l’Hérault puis le vendredi 5 juillet entre l’Hérault et le Tarn (on dépasse un peu mais la Montagne Noire est une partie importante proche des causses du Languedoc), nous publierons des synthèses préhistoriques sur les différentes localités traversées.

 

En outre, nous publierons durant l’été des synthèses sur la Préhistoire du "Languedoc-Roussillon" (en débordant un peu des limites administratives régionales) et de ses diverses zones entre "mers" (Méditerranée au Sud et Rhône à l’Est) et terres (Cévennes au Nord et Pyrénées à l’Ouest).

 

Cadavre d’une femme âgée ayant succombé à une mort brutale (conflits guerriers)

Cadavre d’une femme âgée ayant succombé à une mort brutale (conflits guerriers)

 

*** Malheureusement, nous n’avons pu finir à temps cette synthèse vue la quantité de sources à traiter sur le riche passé de cette commune.

Repassez d’ici le 14 juillet, toutes les périodes (préhistoriques) d’occupation auront été traitées. ***

 

Aux portes de la Camargue, avec ses étangs, ses canaux, ses taureaux et ses flamants, sur le chemin du Cabanier, entre joncs, salicorne, saladelle et iris jaunes des marais, on peut emprunter le chemin qui longe la baie de la Capoulière et l'étang de l'Or. En partant des cabanes du Salaison, le cours d'eau qui alimente l'étang, c'est une promenade de quelque 6 kilomètres entre le ciel et l'eau.

 

Le faciès Chasséen classique d’Auriac est bien documenté dans la région de Carcassonne (Plots de Berriac, Le Golf d’Auriac, Pôle Culturel) et à Montpellier (Jacques Cœur). Il est également mentionné mais sans comparaison avec les sites audois à Mauguio vers -4 000.

 

 

D’une surface de 2500 hectares, l’étang de l’Or et les marais qui l’entourent, constituent une zone humide abritant une faune et une flore particulière. Les premières traces humaines remontent à -3 000 quand les pêcheurs édifiaient des huttes sur l’étang, construites sur pilotis (les terramares).

La recherche et l’exploitation des matériaux nécessaires à la construction de l’habitat en pierre sèche sont bien marquées dans les sites de plaine par les nombreux creusements liés à la mise en place des systèmes fossoyés et par la présence de fosses spécifiques. Ces secteurs disposant de peu de pierres, les constructions sont forcément limitées et souvent réservées à des usages particuliers.

ouvrages dans les sites de plaine.

 

On y retrouve un mobilier exclusivement céramique typique de la tradition de Ferrières (Néolithique final II) mal connu dans la zone littorale de l’Hérault (Pioch Pialat Nord à Saint-Aunès, La Capoulière II)

On a également découvert un menhir rompu en trois morceaux, trouvé au fond d’un puits médiéval (La Font de Mauguio, les Aires Saint-Jacques, Route de Candillargues), probablement après avoir été réemployé comme borne, au Nord et au Nord-Est des quatre sites du Néolithiques (les Capoulière). C’était à l’origine un monolithe d’une hauteur de 2,32 m, de forme trapézoïdale et fuselée et taillé dans un calcaire coquillier à grain fin, probablement originaire de Saint-Géniès-des-Mourgues.

 

 

La transition entre le Ferrières et le Fontbouïsse est envisagée sur plusieurs sites (dont Claunepère à Mauguio).

 

La Capoulière est un établissement à multiples fossés délimitant des espaces et maisons en moellons de terre crue caractéristique de l'habitat de plaine de la culture de Fontbouïsse (Néolithique final). La contribution de nombreux spécialistes permet de dresser un tableau complet des formes de l'habitat, des différents aspects de la culture matérielle et de l'économie des communautés agro-pastorales qui ont vécu dans cet établissement au début du -IIIè millénaire. Des influences provençales contribuent pour certains auteurs à définir un faciès rhodanien du style de Fontbouisse, dont Mauguio serait un sous faciès lié à la géographie particulière de la plaine littorale héraultaise.

L’existence de structures d’habitat en tout ou partie excavées constitue un apport nouveau (La Capoulière IV). Elles sont généralement aménagées à l’aide de terre crue et présentent des plans assez proches des constructions en pierre sèche.

En plaine, des maisons bi-absidiales construites uniquement en briques de terre crue ont été mises au jour. Elles sont installées dans des grandes fosses ou au sommet des comblements des fossés.

Sur ce gisement fossoyé de la culture de Fontbouisse (-2 500), se trouve un ensemble de cabanes à abside montrant différentes formes de façonnage de la terre crue : petites briquettes, briques parallélépipédiques modelées, boules de terre. Le torchis est utilisé mais plus vraisemblablement dans des petites structures, comme les greniers. Il existe différentes préparations de la terre à bâtir et plusieurs modes de construction, ce qui démontre la maîtrise des matériaux et de leurs propriétés que révèle la préparation des terres avec des mélanges d’agrégats complémentaires de même que les mises en œuvre qui associent matériaux préformés et liant de terre de texture différente. Ce mode de construction d’abord mis en évidence dans un horizon du Chasséen ancien (Jacques Cœur II à Montpellier) est bien attesté dans la culture de Fontbouisse.

 

L’utilisation de la terre crue est également fréquente pour la construction des foyers et fours, généralement culinaires. Les zones liées aux activités domestiques sont généralement marquées par la présence de foyers et de fours, auxquels sont parfois associés des vestiges mobiliers. Leurs morphologies et leurs organisations peuvent être très différentes en fonction des gisements. Ces zones d’activités peuvent se trouver dans des bâtiments mais également à l’extérieur.

 

Plusieurs gisements ont livré de nombreuses fosses de conservation parfaitement aménagées en relation avec la récupération et le stockage de l’eau. Ainsi, la découverte de puits est de plus en plus souvent indiquée. Ils sont généralement situés dans des secteurs où la nappe phréatique est assez haute (Zone de Frêt à Mauguio).

 

La mise en évidence de dépôts de deux crânes de bœuf appariés au sein de logettes maçonnées en terre et pierre, dans les parois de cabanes en terre crue, constitue une observation tout à fait originale.

 

 

Au Néolithique, on assiste à la recrudescence des conflits guerriers. L'arc demeurait la principale arme utilisée au cours de ces heurts, des témoignages de corps à corps à l'arme de poing étant plus rarement attestés. Un bel exemple est fourni par une portion de colonne vertébrale, provenant de la grotte du Pas-de-Joulié à Trèves (Gard), dans laquelle se trouvait fichée une lame de poignard en cuivre.

Le cas le plus fameux est celui d'une femme âgée retrouvée sur l'habitat de la Capoulière. Dans un silo, après une période d'abandon, on jeta le cadavre d'une femme âgée face contre terre. La cavité fut ensuite immédiatement rebouchée. Plusieurs traumatismes, ante ou post mortem, observés sur le squelette et sa posture peu conventionnelle suggèrent que le sujet a succombé à une mort brutale. Toutes les parties du corps ont pu être atteintes mais la plupart des blessures concernent la partie abdominale, le bassin et les membres inférieurs (vertèbres lombaires, os iliaques, sacrum, fémur et tibias).

 

Commenter cet article