Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation du Collectif des 12 Singes

 

Nous sommes un Collectif
d’écriveurs autoédités.

Pour nous suivre, connectez-vous à facebook et/ou twitter

Tous nos textes sont présentés sur http://Collectif12Singes.over-blog.com et nos livres ont une version eBook : "Lendemain du Grand Soir" ; "La philosophie south-parkoise, ça troue le cul !!!" ; "Bouquin Coquin et Taquin d’une Catin et d’un Libertin" ; "Photograffi(ti)es d’Expressions Murales : Pierres Philosophales"

*** TÉLÉCHARGEMENT ***

*** COMMANDE ***

 

L’idée, pour Partager auprès du plus grand nombre et facilité la lecture, est de mettre à disposition les contenus synthétisés par nos soins, puis les internautes le désirant peuvent télécharger les pdf illustrés ou commander les livres papier imprimés par un professionnel

 

  1. Téléchargement pdf
    illustré

     
  2. Commande livre papier personnalisé

 

 

COMMANDEZ NOS
LIVRES CRÉATIFS

Publié par Collectif des 12 Singes

 

Pour célébrer le passage de la 100è édition du Tour de France, le jeudi 4 juillet entre le Gard et l’Hérault puis le vendredi 5 juillet entre l’Hérault et le Tarn (on dépasse un peu mais la Montagne Noire est une partie importante proche des causses du Languedoc), nous publierons des synthèses préhistoriques sur les différentes localités traversées.

 

En outre, nous publierons durant l’été des synthèses sur la Préhistoire du "Languedoc-Roussillon" (en débordant un peu des limites administratives régionales) et de ses diverses zones entre "mers" (Méditerranée au Sud et Rhône à l’Est) et terres (Cévennes au Nord et Pyrénées à l’Ouest).

 

Statue-Menhir du Pech de Naudène à Moulin-Mage

Statue-Menhir du Pech de Naudène à Moulin-Mage

 

Commune située à la pointe est du département du Tarn, Moulin-Mage est voisine du département de l'Aveyron. Le village est bâti sur les Monts de Lacaune. Il ne faut pas confondre la commune proprement dite de Moulin-Mage et le hameau de Moulin-Mage qui dépend de la commune de Murat-sur-Vèbre. Les deux entités ne sont séparées que par la rivière du Viau qui matérialise la limite communale.

 

Moulin-Mage se trouve à la limite des influences océaniques et méditerranéennes. De plus, son altitude influe sur les températures et les précipitations. Le climat est froid et humide l'hiver. L'été est chaud, parfois sec, lorsque l'influence méditerranéenne est prépondérante.

 

 

La statue-menhir de Cantoul fut découverte au "Travers", qui descend des hauteurs de Combeynart. C’est la seule statue de cette forme. C'est une curieuse statue de grande taille haute et étroite, aux figurations peu visibles sauf en lumière rasante. Il s'agit d'une curieuse pierre d'aspect roulée par les eaux, en granite très fin (gneiss), très allongée et étroite. Hauteur ; 2,66 m ; largeur : 0,58 m ; épaisseur : 0,35 m. Sa coupe est semi-ovalaire. Sur la face plane on distingue pour un œil exercé, l'objet avec sa cupule centrale côté gauche, et, au-dessus de lui, à droite, une crosse demi-ouverte. La ceinture est en partie visible à mi-hauteur, côté gauche. La jambe droite est presque entière avec ses orteils, la gauche réduite à un trait. Ces attributs ont été réalisés en creux par bouchardage et lissage. Dans le dos, on remarque autour de deux protubérances ovalaires et allongées situées l'une vers le haut de la statue, l'autre au-dessous de sa partie médiane, un ensemble de petits traits espacés et rayonnants (guillochis : ornements composés de lignes, de traits ondés qui s'entrelacent ou se croisent avec symétrie) qui soulignent les deux bossages. L'objet lui confère un caractère masculin indéniable.

 

La statue-menhir de Rieuviel 1 est très endommagée. Cette statue féminine en granite (1,10 x 0,56 x 0,13 m), porte sur la face avant : les yeux, le nez, collier à 5 rangs, le bras droit et les doigts, trait de la ceinture ; dans le dos : crosses, épaules, chevelure et ceinture

 

La statue-menhir de Rieuviel 2, Pierre Plane de Rieuviel (découverte au lieu-dit La Frégère), servait de passerelle à un petit ruisseau. Il s’agit d’une statue-menhir masculine en granite (2,10 x 1 x 0,30 m), portant sur la face : le nez, les yeux, l’encadrement du visage, bras, doigts, objet et sa cupule, ceinture à boucle, jambes et orteils et, de chaque côté des jambes, des traits symbolisant les vêtements.

 

La statue-menhir du Pech de Naudène fut découverte au tènement de l'Adrech au cours d'un labour sur les pentes Sud-Sud-Ouest du Pech de Naudène.

La pierre est un grès tendre, d'origine permienne et couleur lie-de-vin. La statue a été bien élaborée avec un sommet en arrondi en anse de panier, plus large aux épaules qu'à sa base avec des côtés latéraux plats. Ses dimensions maximales sont les suivantes : hauteur totale 1,23 m avant son érection, depuis 0,93 m ; largeur : 0,54 m ; épaisseur : 0,13 m.

Les attributs apparaissent en demi-ronde bosse, bien dégagés d'une surface régularisée par bouchardage. Sur la face avant on distingue de haut en bas, un nez de forme oblongue avec deux yeux proéminents et rapprochés, l'ensemble cadré par deux bourrelets très nets, représentation de scarifications ou tatouages. Un autre bourrelet circonscrit le visage. L'avant-bras droit se termine par quatre doigts épais qui recouvrent en partie la cupule de l'objet placé de biais sous le collier et entre les deux mains. L'avant-bras gauche semble plus court. La ceinture se compose d'un bandeau en relief tout autour du monument, avec dans son milieu, un creux rectangulaire qui figure une boucle. Deux jambes avec les doigts de pied bien marqués ornent le dessous de la ceinture. Au départ des jambes, légère courbure sous la ceinture pour accuser les genoux. Dans le dos on remarque la crosse caractéristique des deux épaules et la représentation en demi-relief d'une chevelure plus large au sommet qu'à sa base constituée par la ceinture. Elle semble passer au-dessous. L'axe du dos est représenté par une saignée verticale.

C'est une belle statue-menhir appartenant à la série saint-ponienne. Elle enrichit l'ensemble des statues qui gravitaient autour de la plaine de Laucate et en occupaient les hauteurs septentrionales : statues de Laucate, Granisse, Frescaty, Thioys, Les Vidais et Rieuviel.

 

Le menhir du Vacant de Rieuviel est une belle pierre en forme d’amande (3 x 1,50 x 0,50 m) située près du Puech de Naudène, à 50m à gauche du chemin de terre allant de Rieuviel au col du Bouyssou.

La ceinture de la sépulture I du tumulus X de Harthouse est faite d'une plaque rectangulaire à laquelle s'accroche une agrafe également rectangulaire beaucoup plus étroite. La plaque de Pousthomy I semble présenter la même forme. La plaque de Harthouse, comme toutes les plaques similaires qui ont été trouvées en Europe, est de grandes dimensions (43 x 14,5 cm). Ce sont ces mêmes dimensions que l’on retrouve à quelque chose près sur les statues-menhirs du Haut-Languedoc, aussi bien pour la plaque de Pousthomy I que pour celle de Rieuviel : on obtient des chiffres analogues si on calcule leur longueur et leur largeur proportionnellement à la taille du personnage représenté debout et dont on peut admettre qu'il mesure 1,70 m.

Quant à la plaque rectangulaire, elle était accompagnée de cinq fibules à arc serpentant et à bouton terminal qui appartiennent à la seconde partie de la période hallstattienne. Ces plaques rectangulaires, qui sont très nombreuses à Haguenau, se retrouvent d'ailleurs à la même époque un peu partout, à Hallstatt en Autriche, à Watsch en Yougoslavie, ainsi que dans les tumulus de l'Est de la France.

 

C’est aux deux types de Haguenau que l'on peut rattacher certaines ceintures et plaques figurées sur les statues-menhirs du groupe Aveyron-Hérault-Tarn. Le fait que des agrafes et des plaques rectangulaires du type de Haguenau n'ont pas été jusqu'à présent recueillies dans le Midi de la France ne saurait être plus probant que le fait inverse, à savoir qu'à Haguenau on n'a pas trouvé de boucles de ceinture à corps losangique ou triangulaire, bien que ce type soit largement répandu à la même époque de l'Allemagne à l’Espagne.

 

Malgré les nombreuses incertitudes qui subsistent encore, il semble donc que les ceintures de Donauberg, de Harthouse, de La Osera ou de Monreal de Ariza, qui correspondent respectivement aux types successifs de ceintures à portes d'agrafes, à plaques asymétriques et à plaques symétriques, constituent des jalons chronologiques qui permettent de délimiter en partie, d'une manière approximative, la durée de la civilisation des statues-menhirs dans le Haut-Languedoc : du Bronze Moyen ou du Bronze Final à une période avancée de La Tène. Il est d'ailleurs vraisemblable que les ceintures simples, sans éléments métalliques, c'est-à-dire sans portes d'agrafes et sans plaques-boucles, remontent à une époque plus reculée (Chalcolithique ou Bronze Ancien), puisque quelques-uns des rares documents archéologiques qui ont été signalés jusqu'à présent dans la région correspondante (hache plate en cuivre du Mas-Capelier et hache en roche dure à bords équarris de Murat) sont antérieurs à tous les éléments de comparaison.

 

Commenter cet article