Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation du Collectif des 12 Singes

 

Nous sommes un Collectif
d’écriveurs autoédités.

Pour nous suivre, connectez-vous à facebook et/ou twitter

Tous nos textes sont présentés sur http://Collectif12Singes.over-blog.com et nos livres ont une version eBook : "Lendemain du Grand Soir" ; "La philosophie south-parkoise, ça troue le cul !!!" ; "Bouquin Coquin et Taquin d’une Catin et d’un Libertin" ; "Photograffi(ti)es d’Expressions Murales : Pierres Philosophales"

*** TÉLÉCHARGEMENT ***

*** COMMANDE ***

 

L’idée, pour Partager auprès du plus grand nombre et facilité la lecture, est de mettre à disposition les contenus synthétisés par nos soins, puis les internautes le désirant peuvent télécharger les pdf illustrés ou commander les livres papier imprimés par un professionnel

 

  1. Téléchargement pdf
    illustré

     
  2. Commande livre papier personnalisé

 

 

COMMANDEZ NOS
LIVRES CRÉATIFS

Publié par Collectif des 12 Singes

Pour célébrer le passage de la 100è édition du Tour de France, le jeudi 4 juillet entre le Gard et l’Hérault puis le vendredi 5 juillet entre l’Hérault et le Tarn (on dépasse un peu mais la Montagne Noire est une partie importante proche des causses du Languedoc), nous publierons des synthèses préhistoriques sur les différentes localités traversées.

 

En outre, nous publierons durant l’été des synthèses sur la Préhistoire du "Languedoc-Roussillon" (en débordant un peu des limites administratives régionales) et de ses diverses zones entre "mers" (Méditerranée au Sud et Rhône à l’Est) et terres (Cévennes au Nord et Pyrénées à l’Ouest).

 

Cabanes sur pilotis : terramares

Cabanes sur pilotis : terramares

 

*** Malheureusement, nous n’avons pu finir à temps cette synthèse vue la quantité de sources à traiter sur le riche passé de cette commune.

Repassez d’ici le 14 juillet, toutes les périodes (préhistoriques) d’occupation auront été traitées. ***

 

 

Le paysage est constitué de terres basses et d’étangs, la gestion de l’eau et des espaces y revêt un caractère singulier, c’est une préoccupation quotidienne. Tout un lacis de roubines a depuis les temps anciens permis une navigation légère, au moyen d’allèges à fond plat, à travers les étangs. Les rives de St Nazaire de Pézan ont abrité de modestes points d’accostages sur les rives des étangs et du Dardaillon, constitués d’un pieu d’amarrage et d’une planche de débardage.

 

Outre le gisement de Camp Redon, d'autres sites ont été découverts sur les bords de l’étang de l’Or (L'Hournède, La Rallongue, etc.). La majorité de ces gisements présente une stratigraphie inscrite sur plusieurs mètres et à peu près constante.

 

Des traces anciennes d’habitats ont été découvertes dans un méandre du Dardaillon, dans un quartier appelé l’Hournède.

Les niveaux chasséens n'ont donné jusqu'à présent que de très rares témoins céramiques et surtout une industrie lithique abondante à base de lamelles.

 

 

La couche du Bronze final IIa est très riche en documents céramiques : les anses à protubérance de toutes sortes sont très nombreuses, comme d'ailleurs les anses tunneliformes. Les décors cannelés et impressionnés sont nombreux. Les formes vont de la petite jarre à épaulement et lèvre éversée à la grande jarre bitronconique portant des anses en ruban et des cordons incisés.

 

Le BFIIIb est une phase d'occupation intense de cette zone. Huit hameaux de cette période ont été identifiés sur les rivages Nord de l'étang de Mauguio, avec d'Est en Ouest : l'Hournède, La Rallongue, Tartuguière, Camp-Redon, Forton, Tonnerre I et II, Les Fourniers.

 

Un hiatus existe entre les villages chalcolithiques et les oppida : l'Age du Bronze languedocien reste caractérisé par un habitat troglodytique, associé, dans ses phases récentes, à des cabanes de plein air, faites de matériaux périssables (murs et toits formés de branchages noyés dans l'argile et appuyés sur une armature de poteaux). Cet habitat de plein air est désormais bien connu au Bronze Final II et III sur les bords de l'étang de Mauguio.

 

 

Après un hiatus, dont on a pu montrer qu'il résultait d'une remontée du niveau de l'eau dans la lagune, la vie reprend au Ier Age du Fer, durant un siècle environ, sur la plupart des tertres émergés (L'Hournède, La Rallongue, Camp-Redon, Forton, La Cadoule, Tonnerre II, Tonnerre I, La Capoulière, Le Salaison, Bosc-Vieil, Guillermain, Le Moutaras).

Des traces de fréquentation de la fin de l'Age du Fer ou du début de la période romaine sont probablement en relation avec une conquête agricole de cette région marécageuse.

Ces villages, installés sur de petites éminences périodiquement isolées par les remontées d'eau, sont à l'évidence tournés vers l'étang. Les zones basses environnantes n'ont été rendues partiellement cultivables qu'au prix de travaux considérables, dont on peut douter qu'ils remontent au début de la Protohistoire. À quelques kilomètres au nord se tiennent cependant des terres plus élevées : plaine de Mauguio-Lunel, drainée par de nombreux cours d'eau coulant vers l'étang (Salaison, Cadoule, Bérange, Viredonne, Berbian, Dardaillon).

 

En ce qui concerne Lattes, il faut souligner que, dès le niveau le plus ancien, apparaît une architecture en pierre et que l'agglomération est créée au moment où sont abandonnés les petits habitats des rivages de l'étang de Mauguio. Ces villages ou points d'occupation sont délaissés, progressivement, entre -550 et -525, après quoi ils ne seront plus vraiment réoccupés. Cependant pour expliquer l'abandon des habitats lagunaires, il ne faut pas négliger les conditions naturelles et, en particulier, les variations eustatiques du niveau des mers dont un maximum se situe précisément vers le milieu du -VIè siècle.

 

Commenter cet article